Séances Plénières des 27 et 28 Janvier 2011

Motion du PS-PC et verts concernant le soutien des élu(e)s aux élèves majeurs sans papiers


Voir la réponse de Thierry GOURLOT ci-dessous...

En réponse à la motion du PS-PC et verts concernant le soutien des élu(e)s aux élèves majeurs sans papiers


Intervention de Thierry Gourlot
Président du Groupe Front National

Séances Plénières, le 28 janvier 2011-01-31

Conseil régional de Lorraine

Monsieur le Président,

Cette motion est un scandale, car non seulement elle ne devrait pas figurer ici, car contraire au règlement intérieur, et c'est un appel d'air à l'immigration et une violation de la loi républicaine.

En effet, l'article L622-1 du Code d'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, stipule : " toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d'un étranger en France sera puni d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30.000 euros "

Une collectivité territoriale comme la notre ne peut ainsi enfreindre les lois de la République.

J'ajoute qu'il y a là, un véritable appel d'air à l'immigration, et comme le disait a juste titre le socialiste Michel Rocard : " la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ".

Et si je peux comprendre, que l'on puisse aider " un sans-papiers " en VERITABLE danger de mort, cela ne peut en aucun cas devenir une généralité.

Ces demandeurs d'asile, sont des réfugiés économiques et non des victimes de persécution.
La majorité des réfugiés économiques de notre région, sont d'origine européenne, des Balkans ou d'ex-pays de l'union soviétique.

La solution à ce problème et de permettre aux pays d'immigration de fixer leurs populations et leurs élites.

Il faut cesser de soutenir des régimes aux mains de potentats corrompus jusqu'à la moelle qui détourne à leur profit les aides internationales.

Il faut aussi cesser de donner, si j'ose dire du poisson aux demandeurs d'asile, il faut leur apprendre à pêcher dans les rivières de leur pays.

Cette motion, non seulement est hors la loi, elle menace l'identité nationale et le pacte républicain.

J'ajoute qu'on ne peut sans cesse invoquer la déclaration des droits de l'homme à tous moments sans rajouter " et du citoyen ".

Et en l'espèce le non citoyen ou celui qui veut forcer la citoyenneté qu'il n'a pas demandé et obtenu par les voies légales n'a pas à être encouragé et qui plus est par des élus de la République.

C'est pourquoi bien évidemment le groupe Front National votera contre cette motion.


PS : seul le FN a voté contre, l'UMP, le Nouveau Centre et la ministre Nadine Morano se sont réfugiés dans une non participation au vote.

Deux élus du groupe PS m'ont déclaré en aparté qu'ils étaient d'accord avec moi mais que c'était
"  La discipline de groupe… "


Intervention de Françoise GROLET (FN Lorraine)
envoyé par Front54. - Regardez les dernières vidéos d'actu. 

AXE 4 : ATTRACTIVITE ET EQUITE DES TERRITOIRES


POINT N°2 BUDGET PRIMITIF 2011

Intervention au Conseil Régional de Lorraine lors des plénières du 27 et 28 Janvier 2011

Monsieur le Président, Chers collègues,

J'ai écouté les propos des uns et des autres mais les résultats obtenus doivent engendrer de votre part plus de modestie.

La lorraine vient de battre un record historique, elle figure dans le peloton de tête des régions françaises du sans-emploi et de la précarité. Le directeur du Pôle Emploi lorraine de Nancy vient en effet d'annoncer officiellement, le chiffre de 145.000 demandeurs d'emploi en ce début d'année alors que les chômeurs étaient 94.000 en 2008.
Soit plus de 51.000 chômeurs en 2 ans.

La situation économique et sociale serait plus dramatique sans les 75.000 lorrains travaillant au Luxembourg qui lui aussi connaît 6,5% de chômeurs dans sa population active et les 21.112 contrats aidés signés.
Et dans ces nuages gris qui s'amoncellent dans le ciel de Lorraine vous écrivez en préambule au budget 2011 que la Lorraine a affronté et maîtrisé trois des grandes peurs de l'Humanité.

La peur du feu que la lorraine à apprivoisée par les coulées incandescentes des hauts fourneaux.
La peur de la  nuit apprivoisée en allant chercher le charbon et le minerai de fer dans les entrailles de la nuit.
La peur de l'autre en accueillant sur son sol dans ses entreprises, dans ses écoles, celles et ceux venant d'ailleurs.
C'est vrai la Lorraine c'est cette richesse exceptionnelle de qualités humaines, des atouts et des outils qui ne sont rien sans les femmes et les hommes qui les représentent, les portent et les animent.

Mais il y a une nouvelle peur c'est la peur du chômage dans cette région française jadis prospère. Les pères de l'Europe nous avaient vanté la communauté européenne du charbon et de l'acier mais il n'y a plus de charbon et presque plus d'acier en Lorraine et le minerai de fer est maintenant importé de Mauritanie.

C'est pourquoi l'aménagement du territoire contenu dans l'axe 4 est pour moi le cœur de l'action régionale car c'est réellement le levier structurant de notre développement économique et que je regrette qu'il soit placé dans un axe fourre-tout mélangé avec la culture, le sport, la santé.

Quelle ambition avez-vous pour la Lorraine ?

Il n'y a pas vraiment de descriptions de vos souhaits, ni d'expression de votre volonté.

Ainsi, il y a un enjeu majeur pour pérenniser comme le dit le CESE à 15-20 ans une sidérurgie en Lorraine c'est le projet ULCOS de captation du C02 mais alors que ce projet est présenté début février à Bruxelles, on ne connaît pas à ce jour le positionnement de la Région Lorraine mais vous avez ce matin apporté un début de réponse avec une enveloppe éventuelle de 10 millions d'euros.

Certes la Région Lorraine a fait un effort significatif  dans le domaine de la Recherche et de  l'innovation et autre exemple l'oléoduc d'éthylène est un enjeu majeur dans le développement économique et de la pérennisation de la chimie lorraine mais n'est pas abordé dans ce budget.

On aimerait Président que vous preniez position sur ce projet qui mérite votre attention  et qui pourrait être un critère pour juger de la réalité de votre volontarisme dans le maintien de l'industrie.

Les projets structurants c'est un tiers de pages sur 110 !  Ce n'est tout de même pas grand-chose.

Je veux tout de même parler de la gare de Vandières qui fait bondir à elle seule les autorisations de programme de plus de 90% mais il ne s'agit pas réellement d'un projet novateur.

D'autant plus que cela s'accompagne d'une diminution de 60% des autorisations de programme pour les infrastructures de transport notamment les infrastructures ferroviaires.

Un mot du volet culturel  compris dans l'axe 4 et qui bondit de plus de 17 millions tout du moins pour les autorisations d'engagement avec plus de 95% ! On aimerait savoir ce qui justifie une telle dépense, impossible de le savoir à la lecture de votre exposé des motifs vague et fumeux.

La seule certitude c'est qu'une fois de plus les actions touchent une minorité de Lorrains, la culture subventionnée est pensée pour une élite qui n'est pourtant pas dans la difficulté financière. 

Enfin il est intéressant de voir que le conseil économique social et environnemental souligne la même chose que le Front National quand il parle de la faiblesse des mesures ciblées pour l'emploi des jeunes.

Alors aux nombreux jeunes qui me contactent chaque jour je leur dit n'ayez pas peur du feu, de la nuit, de l'autre ou du chômage, entrez dans l'espérance. Nous voulons restaurer la souveraineté nationale en sortant du carcan étouffant et destructeur de Bruxelles dans lequel on nous a enfermé malgré nous et qui nous prive de toute marge de manoeuvre dans des champs entiers de l'action politique : la monnaie, la législation, la maîtrise de nos frontières, la gestion de l'immigration. La souveraineté n'est pas une vieille lune pour esprits nostalgiques mais elle est à la nation ce que la liberté est à l'individu.

L'Europe de Bruxelles a imposé partout les principes destructeurs de l'ultralibéralisme et du libre-échange, au détriment des services publics, de l'emploi, de l'équité sociale et même de notre croissance économique, devenue, en vingt ans, la plus faible du monde.

Monsieur le Président à défaut de faire participer vos élus aux grands projets structurants à ceux qui créent de la richesse en Lorraine comme par exemple l'oléoduc que j'ai abordé précédemment merci de m'avoir écouté à défaut de m'avoir entendu.

Jean-Luc MANOURY, Vice-président du groupe FN


Séances Plénières 28-29 Janvier, inter JL MANOURY (FN)
envoyé par Front54. - L'actualité du moment en vidéo. 

Sur les Dispositions relatives aux règles de transparence demandées par la Lorraine à ses partenaires financiers et bancaires, en particulier au regard de leur activité dans les paradis fiscaux.


Séances Plénières le 28 janvier 2011.

Monsieur le Président, Chers collègues,

La délibération qui nous est proposée est évidemment une bonne mesure. En tant que client des banques, le Conseil Régional de Lorraine est en droit de savoir de quelle façon est-ce qu'elles gagnent de l'argent.
Dans ce cadre, il n'est pas vain de leur demander le rapport que les banques entretiennent avec les paradis fiscaux.
Vous citez  les Etats non coopératifs dont la liste est fournie par le gouvernement. Cela concerne les risques de délinquance financière.

Fort bien, mais il existe également de nombreux Etats qui, sans être complaisants à l'égard de la criminalité n'en ont pas moins des politiques fiscales discutables, qui ruinent les efforts des républiques ambitieuses.
Je ne veux froisser personne, mais il existe à quelques kilomètres d'ici un paradis fiscal qui capte une partie des ressources que nous pourrions plus utilement mettre au service de notre collectivité.
Qui faut-il incriminer ?

L'égoïsme des nantis qui placent leur argent en sureté dans des coffres hermétiques à l'impôt ?
Ou l'hypocrisie de ces principautés qui pratiquent le dumping fiscal, devenu la principale source de leurs richesses exorbitantes ?

Mais revenons maintenant au cœur de votre projet. Il témoigne certes d'une prise de conscience. Malheureusement, cette prise de conscience est celle de notre impuissance !

Je m'explique : en se projetant comme un client exigeant, le Conseil Régional abdique sa souveraineté de puissance publique, au profit d'un chantage à la bonne pratique, qui pèsera peu face aux multinationales auxquels  il s'adresse. Mais surtout, il admet sa sujétion aux puissances d'argent.

Vous n'en êtes cependant pas directement responsable, ce sont les règlements européens, incorporés au droit français  qui interdisent aujourd'hui aux pouvoirs publics de sélectionner les prestataires qu'ils estiment les plus conformes à leur politique.

Ceci constitue en soi un scandale. C'est la souveraineté du peuple qui est bafoué. Il est absolument intolérable qu'il nous soit à présent interdit de choisir l'organisme qui aurait nos préférences.

En effet, il pourrait fort bien arriver que nous souhaitions aider une banque qui par exemple dans la structure de son capital, fasse des efforts particuliers pour aider les PME à investir. Ou pour aider les employés d'une entreprise en dépôt de bilan à créer une SCOP. Ou encore à financer l'économie sociale et solidaire.

Voilà un objectif cohérent d'un point de vue politique, voilà quelque chose qui répond à l'idée qu'on se fait de l'action publique.

Voilà aussi certainement ce qu'attendent de nous les lorrains.

Pourtant, nous ne pouvons le faire. Nous sommes condamnés à nous adresser aux prédateurs de la finance, soucieux d'un profit immédiat sur le dos du peuple.

Cet abandon de souveraineté constitue un scandale, entièrement imputable à la responsabilité des partisans de l'intégration européenne. Il montre les limites de votre bonne volonté, et l'hypocrisie de la démarche que vous nous demandez d'approuvez aujourd'hui.

Comme le disait Talleyrand : " les financiers ne font bien leurs affaires que lorsque l'Etat les fait mal "

Le groupe Front National, votera en faveur de cette délibération mais souhaite l'amender.
Je vous remercie.

Jean-Luc MANOURY, Vice-président du groupe FN


Séances Plénières 27-28 Janvier 2011, inter JL MANOURY (FN)
envoyé par Front54. - L'info video en direct. 

Disposition relatives aux règles de transparence demandées par la Lorraine à ses partenaires et bancaires, en particulier au regard de leur activité dans les paradis fiscaux


Conseil régional de Lorraine - Groupe Front national.
Plénière des 27 et 28 janvier 2011 - Point de l'ordre du jour n°5.

Monsieur le Président, Chers Collègues

Nous allons bien évidemment voter en faveur de ce cinquième point.

Il est évident qu'il s'agit d'une bonne mesure. En tant que client des banques, le Conseil Régional est en droit de savoir de quelle façon est-ce qu'elles gagnent de l'argent.

Dans ce cadre, il n'est pas vain de leur demander le rapport qu'elles entretiennent avec les paradis fiscaux.
Vous citez les Etats non coopératifs dont la liste est fournie par le gouvernement. Cela concerne les risques de délinquance financière.

Fort bien, mais il existe également de nombreux Etats qui, sans être complaisants à l'égard de la criminalité n'en ont pas moins des politiques fiscales discutables, qui ruinent les efforts des républiques ambitieuses.
Je ne veux froisser personne, mais il existe à quelques kilomètres d'ici un de ses paradis fiscaux qui capte une partie des ressources que nous pourrions plus utilement mettre au service de notre collectivité.
Qui faut-il incriminer ?

L'égoïsme des nantis qui placent leur argent en sureté dans des coffres hermétiques à l'impôt ?
Ou l'hypocrisie de ces principautés qui pratiquent le dumping fiscal, devenu la principale source de leurs richesses exorbitantes ?

Mais revenons maintenant au cœur de votre projet. Il témoigne certes d'une prise de conscience. Malheureusement, cette prise de conscience est celle de notre impuissance !

Je m'explique : en se projetant comme un client exigeant, le Conseil Régional abdique sa souveraineté de puissance publique, au profit d'un chantage à la bonne pratique, qui pèsera peu face aux multinationales auxquels il s'adresse. Mais surtout, il admet sa sujétion aux puissances d'argent.

Vous n'en êtes cependant pas directement responsable, ce sont les règlements européens, incorporés au droit français qui interdisent aujourd'hui aux pouvoirs publics de sélectionner les prestataires qu'ils estiment les plus conformes à leur politique.

Ceci constitue en soi un scandale. C'est la souveraineté du peuple qui est bafoué. Il est absolument intolérable qu'il nous soit à présent interdit de choisir l'organisme qui aurait nos préférences.

En effet, il pourrait fort bien arriver que nous souhaitions aider une banque qui, en raison par exemple de la structure de son capital, fasse des efforts particuliers pour aider les PME à investir. Ou pour aider les employés d'une entreprise en dépôt de bilan à créer une SCOP. Ou encore à financer l'économie sociale et solidaire.
Voilà un objectif cohérent d'un point de vue politique, voilà quelque chose qui répond à l'idée qu'on se fait de l'action publique.

Voilà aussi certainement ce qu'attendent de nous les Lorrains.

Pourtant, nous ne pouvons le faire. Nous sommes condamnés à nous adresser aux crapules de la finance, aux multinationales de l'escroquerie.

Cet abandon de souveraineté constitue un scandale, entièrement imputable à la responsabilité des partisans de l'intégration européenne. Il montre les limites de votre bonne volonté, et l'hypocrisie de la démarche que vous nous demandez d'approuver aujourd'hui.

Je vous remercie

Jean-Luc MANOURY, Vice-président du groupe FN

Concernant Eco-Lorraine Développement


Séances Plénières 27 et 28 Janvier 2011

Intervention de Dominique BILDE

Monsieur Le Président, Chers Collègues,

Nous avons une question concernant Eco - Lorraine Développement, entreprise de Saint-Dié, p 75.
Nous ne comprenons pas en quoi la reprise de cette structure par une holding justifierait la suppression de l'engagement à ne pas verser de dividendes aux actionnaires.

L'esprit des aides publiques à l'innovation est de favoriser le développement des entreprises, qui doivent être elles-mêmes en être actrices.

Or, cela est incompatible avec l'affectation des bénéfices au versement des dividendes.

C'est à l'innovation qu'ils doivent être affectés !

Cette somme va-t-elle être compensée ?

Quel est le sens et l'intérêt de cette holding ?

Le Groupe FN salue les efforts que vous consacrez au domaine de la recherche et de l'innovation.
C'est pourquoi, nous ne pouvons qu'approuver la convention partenariale de l'opération Campus.
Vos objectifs sont ambitieux !

Je vous cite page 2 : l'opération vise à " requalifier et dynamiser des campus existants et accroître leur visibilité internationale ".

Financement de la Région pour ce projet : plus de 15 millions d'euros !

Mais, Monsieur Le Président, si la Région pouvait consacrer autant d'efforts d'investissement pour résoudre les problèmes liés au chômage et à la précarité des jeunes diplômés, qu'elle le fait dans le domaine de la vie étudiante, les lorrains se porteraient beaucoup mieux !

Ne croyez pas que nous sommes présents dans cet hémicycle, à la seule fin d'entretenir le petit jeu quotidien de l'opposition politique !

Certes ces 15 millions d'euros consacrés à l'enseignement supérieur ont leur utilité, mais je tiens à vous rappeler que 18 435 jeunes sont inscrits au pôle emploi en Lorraine et 25 161 en catégorie ABC !

Nous nous devons aussi de les aider, même s'ils sont moins diplômés !

Nous sommes unanimement enthousiastes à l'idée de voir vos ambitions se réaliser et déboucher sur des retombées économiques à long terme !

J'en suis même à me poser cette question : pourquoi ne pas accompagner la mise en application de ces innovations en soutenant les entreprises qui les commercialisent ?

Mais revenons à la recherche et à l'innovation : vous y consacrez des moyens importants car il s'agit de domaines dont les problématiques techniques ne peuvent qu'appeler au consensus et au ralliement !

Quel Groupe Politique pourrait se vanter d'être contre la recherche et l'innovation ?

Ces secteurs sont les plus accessibles, les moins structurellement risqués à mettre en œuvre et surtout les moins polémiques au sens politique !

En Conclusion, je dirai : oui, c'est bien de développer la recherche fondamentale ! ….. Et même très bien, car ce sont des fonds publics qui la financent !

Mais n'oubliez pas que c'est l'Entrepreneur qui crée de la croissance, car lui seul peut transformer l'innovation en richesse !

Donc, il ne faut pas brider le développement des entreprises en les étouffant avec des règlements et une fiscalité dissuasive !

Mais nous atteignons là les limites des compétences régionales, pour nous attaquer aux lourdes responsabilités de l'Etat : monnaie forte, ouverture des frontières…… J'en passe et de meilleures !

Je vous remercie.

Concernant le Budget primitif - Rapport de présentation 2ème partie


Séances Plénières des 27 et 28 Janvier 2011

Intervention de Dominique BILDE

Au niveau régional pour 2011, vous nous proposez, je vous cite (page 43 - Budget primitif - Rapport de présentation - 2ème partie) : " […] d'inscrire davantage la politique régionale en faveur du renforcement de la compétitivité et de valorisation des potentialités des entreprises, dans une optique de dynamisation des territoires, d'anticipation des mutations économiques, de structuration des filières, ainsi que de réduction des inégalités. ".

Vous parlez même de " devoir de responsabilité ", quel cynisme ! Oui Monsieur le Président vous avez effectivement toute votre part de responsabilité parce qu'à votre niveau vous n'avez pas su faire les bons choix.

Le chômage en Lorraine ne baisse pas, loin s'en faut. Que faites-vous ? Vous subventionnez des entreprises qui promettent de créer des emplois. Mais personne ne vérifiera jamais que les emplois ont été créés, les chasseurs de primes peuvent être rassurés. C'est la règle, dénoncée d'ailleurs plus d'une fois par la Cour des Comptes. L'effet guichet a encore de beaux jours devant lui en Lorraine comme dans l'ensemble des régions françaises d'ailleurs…

D'après l'INSEE, ce sont 1704 salariés qui ont été concernés au premier trimestre 2009 par les mises en redressement judiciaire. La palme en matière de défaillances d'entreprises revenant, avec un chiffre record de + 45% par rapport au premier trimestre 2008, au département des Vosges.

Entre le premier semestre 2007 et le premier semestre 2008 une moyenne de  + 31% sur l'ensemble de la région pour le nombre de défaillances d'entreprises et la crise n'était pas encore là !

Monsieur le Président, permettez-moi donc de vous dire que si les mesures que vous prenez, avaient une quelconque efficacité sur le développement économique de notre région, les effets seraient visibles. Or ce n'est pas vraiment le cas… Et c'est un doux euphémisme.

Ainsi, combien d'entreprises avez-vous subventionné alors même qu'elles avaient les moyens de mener leurs projets sans la manne publique ?

Combien d'entreprises avez-vous subventionné alors même qu'elles étaient à l'agonie ?

Combien de gadgets divers et variés avez-vous mis en place, le tout aux frais des contribuables ?

Un exemple parmi d'autres, vous allez nous demander lors de la prochaine commission permanente de résilier un marché public parce que l'un de vos gadgets ne marche pas. Vous savez votre plate-forme numérique qui a fait un bide complet ! Les entreprises lorraines se fichant visiblement pas mal de " en-lorraine.biz ". Un gadget qui d'après mes calculs aura coûté plus de 5 millions d'euros aux contribuables. Une somme qui aurait pu être injectée ailleurs, dans les avances remboursables pour les commerçants, artisans, PME, PMI et TPE de notre région par exemple !

Sur l'agriculture là aussi nous regrettons vos politiques qui sont trop éloignées des préoccupations des agriculteurs lorrains pour qui le vrai drame est de ne pas pouvoir vivre de leurs terres.

Il me semble par vain de rappeler que le désespoir des paysans est réel et que vous le négligez.

Je vous remercie

Mise en oeuvre des politiques régionales


Séances plénières des 27 et 28 janvier 2011

Intervention de Françoise GROLET

Monsieur Le Président, Chers collègues

Concernant le contrat de plan régional de développement des formations : j'ai participé aux comités locaux, et suivi attentivement les contributions des partenaires concernés. Ce Contrat de Plan est l'occasion de rendre plus efficace la formation professionnelle, je dirai " enfin " !

Pour ce qui est de la formation initiale, j'ai rappelé hier l'importance  capitale de l'Apprentissage, que nous souhaitons voir privilégiée.

Quant aux aléas de la formation initiale des jeunes, nécessitant une " deuxième chance ", voire plus, et ce jusqu'à 30 ans, nous y voyons confirmée la position du Front National. Depuis les années 70, les gouvernements et un certain patronat ont fait entrer en France un nombre croissant de populations étrangères, rejointe peu à peu par toute la misère du monde. Cette population pèse sur l'Education Nationale et explique en bonne partie ses résultats de plus en plus médiocres.

J'en viens maintenant à la formation professionnelle des adultes demandeurs d'emploi, pour poser une  question : à quoi bon dépenser de l'argent s'il n'y a pas de travail en France ? Malgré toute votre bonne  volonté pour rendre plus performant le domaine de la Formation, vous ne résoudrez pas ainsi le problème majeur de notre pays ! La vraie solution est dans l'entreprise, qui a besoin d'être soutenue non par des subventions mais par une politique nationale audacieuse destinée à contrebalancer la concurrence déloyale issue du mondialisme.
C'est un cercle vicieux : les entreprises françaises sont plus pressurées que les autres, le coût de la main d'œuvre et du travail et plus cher et l'exportation plus difficile. Et pendant ce temps, pour permettre à nos entreprises que l'on a livrées à cette concurrence déloyale en ouvrant tout grand nos frontières - de survivre péniblement, les collectivités locales les subventionnent.
Depuis trente ans, le FN dénonce cette politique mondialiste suicidaire, en proposant un éventail de solutions seules à même de nous sortir de cette crise, inspirées des analyses du seul prix Nobel français d'économie, Maurice Allais, décédé récemment.

Les entreprises, si elles retrouvaient leur dynamisme économique, seraient les mieux placées pour former leurs futurs salariés, même en embauchant les publics les plus affectés par le chômage de longue durée, et les jeunes non qualifiés. C'est ici que la Région peut apporter une aide et un soutien en matière de Formation, action que nous soutiendrons.

Je vous remercie de votre attention. (Voir la vidéo en haut de la page...)

Deuxième axe : Jeunesse, sécurisation des parcours de vie et formations


Séances plénières des 27 et 28 janvier 2011
Budget primitif

Intervention de Françoise Grolet

Monsieur le Président, chers collègues,

Dans ce deuxième axe du budget 2011, les évolutions financières sont significatives.

Lorsque vous diminuez les dotations, vous invoquez un effort de rationalisation. Quand il s'agit des deniers publics, surtout en ces temps d'austérité généralisée, on ne peut qu'applaudir les efforts d'efficacité.

Espérons tout de même que les économies faites sur le dos des Formations Sanitaires et Sociales, en tablant sans doute sur leur forte attractivité même si vous réduisez les moyens, ne freinent pas ce secteur où beaucoup de besoins restent à pourvoir à court et moyen terme.

En revanche, le grand gagnant est le pôle que vous créez aujourd'hui, le pôle Jeunesse, doté de 605 000 euros d'Autorisations de Paiement et 330 000 euros de Crédits de Paiement. En ces temps de crise, où tous les budgets sont resserrés et recentrés sur l'essentiel, cette création de nouvelles lignes budgétaires nous laisse dubitatifs. Car au-delà des déclarations d'intentions (forcément bonnes, les intentions), on reste perplexes sur le fond, qui s'affiche -je cite - " concerté, transversal, durable, citoyen… "… bref, pas clair du tout. Tout ce qu'on apprend, c'est que le Conseil régional des Jeunes a vécu. Le groupe FN ne pleurera pas sa disparition, nous avons en son temps, seuls dans cette assemblée dénoncé ce monument de démagogie jeuniste. Vous nous donnez raison, après des années de dépenses qu'il faudra bien chiffrer. Comprenez alors notre méfiance envers les nouvelles politiques expérimentales qui dévorent tout de même 470 000 euros, dont 215 000 euros cette année ! Sommes-nous en situation de faire des expériences à ce coût, surtout lorsqu'on lit que les projets subventionnés auront pour but -je cite encore - " l'insertion citoyenne " de " publics particulièrement vulnérables " qui " redeviendront acteurs d'un projet local " pour " permettre une modification des représentations sur le territoire " !?? On demande d'urgence un lexique technocrate -français !

Sur le chapitre Education : le Front National rejoint votre critique de l'Etat, qui réforme inconsidérément sans se soucier des conséquences financières pour les collectivités. Nous dénonçons la politique sarkozyenne de l'affichage frénétique tous azimuts. Depuis longtemps déjà, quels que soient les gouvernements UMPS, le service de l'Education Nationale ne dispose d'aucune stabilité, d'aucune sérénité pour faire son travail, instruire les jeunes.

En revanche, Monsieur le Président, concernant les effectifs, nous ne vous suivrons pas dans la rue pour manifester.
Deux logiques sont en présence : la vôtre consiste à maintenir constante l'enveloppe budgétaire de fonctionnement des établissements publics, malgré la baisse des effectifs : cela équivaut à une augmentation. L'autre logique consiste à observer les besoins pour y adapter les moyens. Il a manqué en 2010 en Lorraine 1310 lycéens, il y en aura 1688 de moins à la prochaine rentrée. Si la population lycéenne diminue, il est cohérent que l'Education nationale le fasse également, sous peine de ressembler à ce Mammouth fustigé par l'un des vôtres. Cette logique est encore plus valable lorsque les résultats ne suivent pas l'augmentation des dépenses d'éducation, comme le prouve la baisse continue des résultats des élèves français à chaque enquête PISA de l'OCDE.
Cependant, quand il s'agit de financer le fonctionnement de l'enseignement privé de Lorraine, en revanche, c'est le plus strict respect des obligations légales qui prévaut, le régime sec. Pas de politique volontariste pour les mal aimés de la Gauche, qui ont l'audace de bouder l'Education Nationale. Même si les parents d'élèves du Privé sont aussi des contribuables, qui à ce titre payent deux fois…

A l'opposé, nous approuvons le démarrage du PPI (Programme Prévisionnel d'Investissement) du Privé, qui  rétablira une certaine justice, pour aider au financement des investissements dans les lycées privés, et nous saluons cet effort.

Concernant la carte Multipass : depuis son instauration, le Front National a réclamé que cette carte soit étendue à d'autres usages, notamment pour améliorer la sécurité et l'accès aux lycées. C'est une demande forte des citoyens dont nous nous faisons l'écho. Nous saluons l'inscription de 200 000 euros à cet effet et suivrons attentivement les réalisations.
Nous ne pouvons approuver l'extension des Bourses Sciences Po, c'est ni plus ni moins que de la discrimination. Pourquoi la discrimination deviendrait elle vertueuse lorsque vous la qualifiez de " positive ", il faudra nous l'expliquer.

Sur le chapitre de l'Apprentissage : le PRIPA (Programme Régional d'Investissement Prioritaire pour l'Apprentissage) qui démarre cette année est en régression de 10%. Nous souhaitons que vous réserviez à l'Apprentissage la place qui lui est due, en tant que voie privilégiée pour la réussite et l'insertion professionnelle des jeunes. Cette voie est plébiscitée, puisque les effectifs ne baissent pas comme ailleurs. Et cette tendance est appelée à durer, puisque les " classes préparatoires " à l'apprentissage, les DIMA, rencontrent aussi un beau succès. Succès qui démontre l'inanité du dogme du maintien forcé des jeunes jusqu'à 16 ans dans le giron du Mammouth. Nous souhaitons donc que le Conseil régional accompagne mieux et valorise l'enseignement par apprentissage.

Monsieur le Président, je vous remercie de votre attention. 

Intervention sur le transport ferroviaire


M. le Président, Mesdames, Messieurs, mes Chers Collègues,

Je regrette pour ma part que dans la présentation du budget vous ayez mélangé les AP (autorisation de programme) et les AE (autorisation d'engagement).

On a du mal à bien distinguer les dépenses de fonctionnement des dépenses d'investissement à moins de les restituer en se plongeant dans le tableau réglementaire.

Sur le transport ferroviaire qui est tout de même le gros de cet axe avec plus de 176 millions d'€ de crédits de paiement, nous sommes attentifs aux recommandations que vous fait le CESE quant aux trains express régionaux. D'importants efforts ont été consentis par la Région pour créer un service de qualité. Je crois qu'aujourd'hui il recueille la satisfaction des Lorrains.

Comme l'a dit Thierry Gourlot dans notre plénière de l'automne dernier cela restera certainement comme le seul vrai succès de l'ère Masseret.

Il restera de l'ère Longuet le TGV, de l'ère Masseret le TER !

Cette Région aura-t-elle la chance un jour d'avoir un Président passionné par l'Industrie ou par l'Agriculture pour que les Lorrains retrouvent enfin une certaine prospérité ?

Je veux tout de même rappeler bien que cela soit évoqué dans le point numéro 4 "mise en oeuvre des politiques régionales" que sur le fond nous regrettons cette régionalisation des transports.

Pour nous c'est le cheval de Troie de la libéralisation du secteur ferroviaire et le démantèlement du grand service public qu'est la SNCF.

Mon plus gros reproche portera paradoxalement sur le chapitre le plus modeste de cet axe : les relations extérieures.
Elles connaissent une augmentation de 74% pour les AP et les AE. Ce qui fait encore 30% en crédits de paiement !
Vous le justifiez par la Présidence de la "Grande Région". Présidence qui me donne l'occasion de souligner l'inutilité de cette entité et de son impuissance.

L'idée même de Grande Région est nuisible et incompatible avec l'Idée de Nation, seule réalité vivable et efficace. Or, le dogme destructeur du mondialisme oeuvre de toutes ses forces à faire disparaître les frontières. On invente donc des entités géographiques artificielles, telle que la "Grande Région", qui ne sont utiles, en réalité, que pour atteindre ce but.
Pour terminer le sujet, je fais observer que le CESE, quant à lui, regrette, page 29 de son rapport, l'absence de programme détaillé de votre Présidence.

Des projets existent, probablement, mais j'attends simplement qu'on nous les présente, qu'on nous les explique, mais surtout que l'on fasse la démonstration de leur utilité concrète.

Merci.

Yves Gelszinnis 

Intervention sur les grèves SNCF


M. le Président, Mesdames, Messieurs, mes Chers Collègues,

Depuis plusieurs semaines, des grèves que l'on peut qualifier d'abusives, perturbent le service public et pourrissent la vie de milliers de Lorrains qui utilisent le TER.

A l'origine de cette grève, un syndicat fanatisé, plus soucieux de révolution rouge que de l'intérêt des salariés de la SNCF, je veux parler de "SUD".

Ce sont des internationalistes, qui ont peut-être étudié Karl Marx c'est vrai, mais qui ont depuis longtemps trahi la classe ouvrière française en défendant exclusivement la préférence étrangère.

Vous êtes vous-même intervenu Monsieur le Président auprès du Directeur Régional de la SNCF à ce sujet, et je souhaite savoir ce qu'il en ressort.

Je vous remercie

Yves Gelszinnis

Explication de vote : Volet ferrovaire


Séances Plénières 27 et 28 janvier 2011

Intervention de Christiane BUTTIER

Malgré tous les efforts en matière de transports, il faudrait s'intéresser aux lorrains qui sont en milieu rural et qui n'ont pas les moyens de se déplacer, lorsque les gares sont à 20 ou 30km de leur domicile.

Habitant dans le sud meusien, je parle en connaissance de cause.

Une fois n'est pas coutume, nous aurions pu voter favorablement au volet ferroviaire de ce budget.
Nous vous soutenons dans vos efforts en la matière.

Néanmoins, les 500 000 € affectés à la coopération internationale et qui ne sont pas de la compétence de notre assemblée, gâchent la fête…..

Cet argent pourrait et devrait légitimement servir les intérêts des lorrains les plus pauvres et les plus délaissés.

Pour cet axe, où le pire côtoie le meilleur, Le Groupe Front National s'abstiendra.